Laminaire 5/5 dite ART 22 juillet 2013

20/06/13

130528_Laminaire_ART

Le cœur roulé dans ma rose a pleuré des battements Autant qu’il peut y avoir de l’Homme un sanglot.
En même temps avec tes reins roses ; J’inventerai tes pas d’hommes dans ta tête rousse
et pour toi une seule rose a perlé qui dans la poussière l’eau La mer.
Avoir Autant qu’il y a du cœur à ton flanc saigné Qu’il y a de limites du temps qu’il y a de mammes roses au cœur de L’étoile à nuque de lumière
à l’unisson la mer noir dépassent les souverains secrets dans L’infini des millions
Autant de blanc ne peut battre de rêves et de siècles d’enfant, autant de diamants à tes oreilles vermeilles.

************
Aragon, j’inventerai pour toi la rose, 1959.
Arthur Rimbaud, L’étoile a pleuré rose…, 1871.
Elsa Triolet, Les proverbes d’Elsa.

Laminaire 4/5 dite ANA 15 juillet 2013

20/06/13

130528_Laminaire_ANA

Où j’ai fuit le mourir pour boire Tes profonds
Tu désires le respirer et eux bien qu’en arc penchant les jeter en toi
Tes portes sont flèches. d’espérance Comme une mémoire à cravate
Si sur les fleuves profonds tu perds le chemin et les soleils désespérés je veux ton délire civilisé
Que mon âme T’y lâche
Ô Ote-La si tu veux venir m’y mirer
Que j’y orne vers la volée de tous yeux qui se sont vu
Trace-moi La sur situ Et En douloureuse que tous yeux S’y chantent

*********

Aragon, Les yeux d’Elsa, 1942.
Pablo Neruda, Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée, 1924.
Guillaume Apollinaire, calligramme, La cravate et la montre, 1914

Laminaire 3/5 dite ATA 8 juillet 2013

20/06/13

ton image est son Œil enfin il n’y croit pas
Ni l’ovale bras exquis Sous sa bouche imparfaite sa figure son cou jamais acquis Et ton étrange buste c’est l’adorable nuage d’empreintes
la-bas ses travers vont serrer les croix c’est comme un peu de toi quand elle croit mener, mes canotier
où est celle qui est ta vie ?
Un pas de plus et le bonheur me broie
quand l’homme Reconnais Sa grand force il divorce d’une faiblesse
il n’a Rien vu ni amour Ni personne jusqu’à -toi
Et Voici Ouvrir Ton chapeau à cœur douloureux
Voici un cœur adoré heureux de cette ombre sonnez le il bat

***********

Aragon, il n’y a pas d’amour heureux, 1944.
Elsa Triolet, les proverbes d’Elsa.
Guillaume Apollinaire, calligramme, poème à Lou, 1915.

Laminaire 2/5 dite ATH 1 juillet 2013

20/06/13

130528_Laminaire_ATH

perdre la raison absolu encor toi ange de –
à raison partir perdre l’impossible qui Fit des superbes.
A n’avoir Que la clarté à aimer sur l’horizon Alors,on est que liberté ! Saisons à Aimer
partout de celui qui, jeune vague du verbe flottant, a la profondeur du milieu, ne savoir que la couleur
l’Être n’entendit que pour Aimer dans le vrai
Le sortir ce rêveur d’astre : à éclore dans un mot et du coup en front vaste connaître Et dire rêve

**********
Aragon, Le fou d’Elsa, 1963.
Victor Hugo, la plume de Satan, 1854.
Elsa Triolet, les proverbes d’Elsa.

Laminaire 1/5 dite AMA 24 juin 2013

20/06/13

que C’est bon se semblables pays Où des filles allume Et nomme lit de décor leurs étoiles,
on trahis quelqu’un et Les perles c’est quelqu’un au cœur qui bois que serai-je si on les allume
Chaque étoile ! encore m’éparpille C’est toi au bras cru C’est moi que quelqu’un de crachats À changer
ainsi les étoiles vivent sans affaire qu’elles soient, de toi est indispensable
puisque C’est nécessaire, Si changer est nécessaire, qu’il S’allume c’est Que dessus moi-même les toits, Que suivent à Tout ombre
c’est Qu’un les déshabille Et me désire j’aime quelqu’un au loin à Moi à mon corps une traîne vint trouver les baisers
Écoutez ! Que moins dormant qui un soir, Par ma rencontre sans quoi que serais-je
Écoutez ! Qui est-ce donc Dans ces hommes.

***********

Aragon, Que serais-je sans toi ?, 1956.
Vladimir Maïakovski, Écoutez !, 1914.
Aragon, Bierstube magie allemande, 1956.

Les laminaires (2013) 4 juin 2013

5 tableaux poétiques ou poèmes graphiques. Textes et photos sont disponibles dans la rubrique « Poèmes ».
Technique : cut-up
15 poèmes sérigraphiés sur des flyers de couleurs différentes sont répartis en 5 paquets.
Chaque trio de poèmes est découpé en mots-pièces et mis en tas.
Chaque tas sera alors mis dans une boîte, secoué, jeté sur la table et rabattu en une ligne de mots en vrac.
Chaque pièce est aligné dans son ordre d’arrivée.
Enfin, les pièces sont retournées pour laisser apparaitre les mots et combinées pour produire un texte nouveau.