Une déesse n’a pas besoin d’élection.

20/08/17

Je n’entends plus que d’un œil
Et ne vois plus que par la langue.
Je suis perdu dans ses jardins affamés
Quoique son sourire se suffise à lui-même.
Ces courbes écorchées vivent comme les racines d’un arbre au creux d’un visage.
Insectes punaisés,
Nos baisers sont des escargots empêchés.
Sa natte fait de l’ombre au soleil.
Sa démarche chaloupée me glisse entre les doigts.
Mon intuition mettrait des perles sur sa nudité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *