Mes contemporains.

27/05/18

Mes contemporains sont des caverneux individualistes.
Ils n’aiment rien moins tant que leurs tristes habitats, leurs sombres habitudes.
Loin de toute poésie, ils s’évertuent à partager leurs reflets, leurs borborygmes et se font aimer en retour. Chacun vote pour soi et certains même se font élire sûrs qu’ils sont de leur préséance, de leur tyrannie.
Ils ingurgitent plus de délices numériques que de nourritures terrestres et se tatouent à tout va symboles et totems pour se réancrer dans un monde qu’ils croient nouveau mais qui simplement leur a été volé.
Heureusement, il arrive parfois qu’ils viennent à me contredire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *