La prise de la Bastille.

22/10/16

Ce soir, je suis dans les bras d’un autre souvenir : la petite Italie à la bicyclette rouillée et aux singes rouges d’entre les montagnes. Son cœur fou d’héroïne est un petit souk, une vanité qui ne se cache plus. C’est un deuxième verre, celui de l’amour dit-on, une vanille encanaillée ou un accent espagnol. À ses côtés, je suis un mur de vents sur la pointe des pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *