La peur est nue

Les chevaux sont lâchés
Roulis de galets devant l’écume
Valdingué le soc
Renversée la carriole

Les chevaux sont lâchés
Sabots-tambours déchirant la verte prairie
Fini le cirque, finie la parade,
Finis les fers et le licou

Les chevaux sont lâchés
L’horizon n’est plus si lointain
Vois comme leurs crinières se mêlent aux cirrus et embrasent la nuit
Entends leurs hennissements qui lacèrent le vent et murmurent à l’esclave
Les chevaux sont lâchés
Les chevaux sont lâchés
Les chevaux sont lâchés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *