Je suis un architecte du désir.

09/03/18

Je suis un architecte du désir.
Je construis des amours utopiques en archipels.
Souvent mon radeau s’échoue, s’embourbe.
Alors j’écope.
J’écope ma peine à la petite cuillère où les oiseaux viennent boire dedans.
J’ai le temps tu sais.
Le temps de mes rêveries, d’y rester dedans, de penser à toi encore et de me sentir au chaud.
La crue nous a fait lever l’ancre de nous mais je n’en ai pas fini de mon désir, de ta beauté.
Où s’arrête l’amour ? Je dérive, je divague.
Tu me manques en plein, mon amour fantôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *