Gueule ouverte sur la nuit.

05/03/16

Au milieu de mille bras estropiés,
Les jonquilles espèrent les étoiles.
Ciel blafard, hélices, sorties de secours.
Ces retenues d’eau.
Là-bas, un phare.
Doigts boudinés sur les chemins des dieux vôtres,
Des fuselages.
Des coureurs, des drapeaux,
Des écrans, des amoureux encore…
Et des interdictions de nager… toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *