Extrait d’une lettre à AB.

13/08/17

Après tout, le ciel n’est-il pas une mer inversée ? Je n’ai qu’à lever le nez plus haut que l’horizon et je vois l’immensité. Les nuages sont l’écume du vent et dépassent le surplace, bruyant et incessant, des vagues. Ils offrent au voyageur immobile que je suis les plaisirs du passage paisible de la caravane et des rêves éveillés de leurs bestiaires chimériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *