Au canal, de Glomel à Pontivy.

03/04/15

Du pesant Blavet, le colvert soulève des brillants dorés.
Aux verts iris jaillissants dans la touffeur des laîches,
Au canal mouillé qui n’attend plus sur ces flancs que pieds, roues de chars et pattes de Centaure.
Aux grands chênes tombés au champ d’honneur,
Au jardin planté d’une lyre et d’un chevreuil.
Le cormoran bat son linge noir et s’envole.
Aux frais matins d’avril, sous couvert de buses,
Guerlédan, sans retenue, pointe ses mamelons nègres et desséchés de vieille paysanne.
Les écluses écument leurs idéogrammes au tam-tam du pic.
Au soleil écroué, les saules dansent dans leurs traines vertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *