A propos du brouillard

Dans le brouillard, tout se cache, se voile… et pourtant, rien n’est perdu.

Passant à proximité, les formes, les couleurs, les matières nous saisissent…
nous les voyons même se découper, se détacher plus distinctement qu’en plein soleil.
Perlent les toiles d’araignées…

Isolé, comme extrait d’un environnement trop chatoyant, et bien qu’il en soit toujours ainsi même en pleine lumière, chacun, dans cette proximité singulière, semble plus vivant à l’autre, simplement en étant là, par et pour lui-même.

Involontairement, dans cette rencontre, chacun est apparu à l’autre dans sa nudité surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *