14 est avant 33.

26/05/14

Nous sommes entrés dans une période pré-fasciste… et tout le monde s’en fout.

L’extrême droite est dans les conseils municipaux, elle gagne l’Europe : elle apprend.

La classe politique mégalomane est entachée d’histoires de fric, de cul… Elles ne voient plus la misère des pauvres et la précarité des autres. Le curseur s’est déplacé : la gauche fait une politique de droite, la droite s’est décomplexée… à l’extrême. Les mots, les valeurs, les références sont mixés comme les cravates ont changé de couleurs.
Journalistes – ambianteurs et culture – tendance laissent aboyer la chienne en chaleur de pouvoir comme son père avant elle : les autres aboient à sa suite. Infos de radios et télévisions relaient le message : lui crachait et crache encore et personne ne bouge.

Chacun se baisse pour ramasser le pouvoir, chacun brasse à contre-courant plus large que l’autre et ne laisse que des remous.

On voit à la télévision ce qui servira d’appât demain, on va au théâtre applaudir ce qui se passe sous nos yeux : tout cela ne changera rien, le cinéma en témoigne.

Tout le monde se tait et accepte gentiment… la stigmatisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *