Le mannequin défroqué

22/05/15

ou Pourquoi participer au défilé de sélection de la performance « Fantômes » (Mode et Musique) de Jean-Charles DE CASTELBAJAC et Mr Nô ?

Artiste plasticien, je réalise des sculptures et assemblages par nature statiques. En participant à ce défilé préparatoire à « Fantômes » ; de créateur, je deviens opérateur dynamique dans une performance qui n’est pas la mienne et dans un champ d’expérience inédit. J’opère pour ainsi dire une translation artistique.

Par ailleurs, le mannequin, dans sa neutralité / homogénéité (vêtements noirs, maquillage maquillant…), est porteur d’une singularité qui n’est pas la sienne. Par là, n’est-il pas ainsi l’ombre ou le fantôme de lui-même ? Cependant, ce même mannequin ne trouve t-il pas à la scène le moyen de se révéler, d’autant plus s’il est fantôme (voir à ce sujet l’étymologie du mot fantôme dans « le Livre des Symboles, Réflexions sur des images archétypales » -TASCHEN), voire de dépasser pendant les quelques secondes de son podium, le créateur (effacé) dont il est l’objet ostentatoire ?

Somme toute, il est toujours intéressant de casser les codes, si ce ne sont les genres (défilé « normalement » exclusivement féminin) et d’être là où on ne nous y attend pas.

 

http://www.artrock.org/myportfolio/jean-charles-de-castelbajac-jcdc/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *