Mémoire des corps #14

Les tangos ici ne sont plus domestiqués.
Mémoire des corps #14
05/02/15

Serrer les poings et joindre les doigts. Sautiller.
Suivre et être suivi et applaudir autour.
Ramasser la terre, prendre sa force et la jeter au vent.
Les serpents n’ont pas oublié. Ils ondulent toujours, remontent le cours des membres.
Les lotus ont le cœur en offrande qui bat et respire.
Nos coudes, nos poings ondoient et tournent autour de nous.
Le corps se meut : il bat des ailes et des autres.
Le miroir joue : le mandala se construit, ose, se transforme.
Les tangos ici ne sont plus domestiqués.
L’inanimé n’est pas celui qu’on croit.
La chaise berce le dormeur qu’elle porte puis le dormeur berce la chaise qu’il porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *