Quand l’exercice de théâtre II : l’adressage. 5 octobre 2013

26/09/13

Le F fit tressauter ton ventre.
Remonte de la terre la verte pousse qui fait ouvrir tes bras comme des ailes et poser ton cœur endiablé. Appelle de tes mains la pluie d’étoiles et douche-t’en de la tête aux pieds.
Tu vins remplacer au milieu le phare à porte-voix qui disait « moi, je suis… » et qui désignait l’autre.
Puis aux quatre pôles, les coryphées, tour à tour, firent lentement danser les statues.
On t’amena à faire la différence entre l’intervention (sur le ton de la confidence puis de l’information) et l’état (où l’on te demanda d’exprimer la colère).
Le personnage prit son tic : qui du tressautement, du pincement au cœur, du curage d’oreille, d’une main dans les cheveux…
L’un remplaça l’autre sur la chaise restée seule, où les regards cherchaient à se fuir, à se croiser.
Nous étions de tous les romans et de tous les continents.

Quand l’exercice de théâtre I 2 octobre 2013

19/09/13

Du fond de ton lac noir, une bulle lumineuse suit le périscope puis revient.
Tu écoutes les mouvements du fond de ta conche ventrale.
Dans ta boîte de vitesse, tu marches ou cours, accélères, ralentis… suivant les chiffres, appelant et te faisant appelé de ton nom exotique.
Dans ta boîte à rythme, règle le volume, la fréquence, les pauses.
Paradoxalement, les chaises jouent plus que les corps et chacun s’en retourne.

La personne – L’acteur – Le personnage