PARIS, BnF : la tour des Nombres. 19 avril 2016

07/03/16

©JRo in PARIS, BnF, la Tour des Nombres, Dominique PERRAULT, 1995.

 

PARIS, La Défense : le nuage de La Grande Arche. 13 avril 2016

05/03/16

©JRo in PARIS, La Défense : le nuage de La Grande Arche, Johan OTTO VON SPRECKELSEN et Peter RICE, 1989.

 

PARIS, La Défense : SIPTROTT, Les Hommes de la Cité. 7 avril 2016

05/03/16

©JRo in PARIS, La Défense :
Hugues SIPTROTT, Les Hommes de la Cité, 1991.

De la créolisation des corps et des langages … 10 décembre 2015

10/12/15

« La créolisation des corps et des langages contre la pureté des races et la débilité des identités nationales,
De l’action poétique comme rempart aux cultures numériques et consuméristes hégémoniques, la beauté du geste rebelle contre la laideur des dogmes…
Les arts… posent problème et tant mieux. Ils provoquent des excès de pensées poétiques. Il faut en abuser. »

Merci à Marc MERCIER pour cet édito.

http://www.instantsvideo.com/blog/fr/archives/category/accueil

Le vivant momifié d’après nature. 27 novembre 2015

Sur l’œuvre d’Alberto GIACOMETTI
01/08/15

Giacometti nous marche dessus, Giacometti nous marche sur les pieds.
Avec ses dessins d’abord et notamment ses portraits en ocre rouge, bleu ou noir sur des revers d’enveloppes où chaque trait est une ride, un œil ciblé. Voyez, ces yeux en linceul gris qui percent le secret de l’outre-tombe ou ces mains chiffonnées.
Mais aussi avec ses sculptures, où hommes et femmes sont rayés dans des postures égyptiennes de grands échassiers. Un œil en creux, un œil en plein : l’un pour momifier les vivants, l’autre pour manifester la vie. Des portraits en vrais creux comme des clowns morts. Ici, à l’extérieur, dans l’oreille de la « Grande tête », un nez ou un sein… la proéminence est une valeur. Là, à l’intérieur, des fils ténus, entremêlés, donnent la valeur des hanches, des épaules, de la tête. Voyez ces têtes figées dans l’espace. L’Homme, fragile et menacé, est ainsi lavaté* pour mieux tenir debout.

Enfin, ses couleurs sont saignées, épaisses comme des matières.

Mais qui est-il vraiment cet homme laborieux, cet homme bien mis, à la cravate et au complet veston ?
©JRo. Tout droit réservé, reproduction interdite sans autorisation.
D’après l’exposition Giacometti, du 14/06 au 25/10/15 au Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la Culture (29800 LANDERNEAU).

* néologisme, comme figé par la lave.

Avec Ariane SIROTA. 26 octobre 2015

22/10/15

Photos : ©JRo

Toute l’actualité d’Ariane sur son site :
https://artiane.wordpress.com/author/artiane/

Quelques photos de la Résidence des Arts à Moncontour. 22 octobre 2015

22/10/15

Résidence du 1er au 31 octobre 2015.

Viedechien Atelier – Galerie 3/3. 20 octobre 2015

Dans le regard de Cool DIABANG.
15/08/15


Cool DIABANG, in Viedechien Atelier – Galerie, 1 rue Sainte Claire 22100 DINAN, France.
www.cooldiabang.com/

Viedechien Atelier – Galerie 1/3. 2 octobre 2015

02/08/15

15/08/15

Faire pleurer les hommes de couleurs,
Les recouvrir de leur part d’ombre,
Ouvrir les regards tristes,
Voici l’ambigüité des toiles de Frédéric LECAIME
À l’odeur de peinture.

 

Frédéric LECAIME in Viedechien Atelier – Galerie, 1 rue Sainte Claire 22100 DINAN, France.

Exposition à Moncontour du 1er au 31 octobre 2015. 27 septembre 2015

J’ai le plaisir de vous convier à la Résidence des Arts de Moncontour
pour une exposition du 1er au 31 octobre 2015.

Cette exposition sera inaugurée  par un vernissage :
le samedi 10 octobre 2015
à 18H30.

Plus d’infos :
La Résidence des Arts de Moncontour
http://residencedesartsmoncontour.fr/accueil/les-espaces/
Rue du Champ à l’Avoir
Tel. : 02 96 58 35 74
residencedesartmoncontour.fr

Au commencement, le noir. 17 août 2015

15/05/15

Au commencement, étaient deux couleurs noirs :
L’une « carcérale » où l’isolement, comme ultime limite d’une solitude, est atteint ;
L’autre éveillée, celle d’un noir collectif ou d’une obscurité étoilée.
Dans l’entrebâillement de ces extrêmes du même, gît un foisonnement à l’égal de toute autre couleur.

Exposition à Dinan du 1er au 27 Août 5 août 2015

>> du 1er au 27 Août : Exposition à Dinan, salle Théodore Botrel (rue de l’Horloge)
Expo. partagée avec Thierry BRIAND (http://thierrybriand.webnode.fr/galerie-photos/)
>> Vernissage : vendredi 7 août à 18H.

Quelques photos de la journée : nous avons préparé la salle, réalisé l’accrochage ce dimanche matin et accueilli environ une 50aine de visiteurs cet après-midi.
Un livre d’or est à disposition.

Remerciements : Asso. Pas/Sage et particulièrement M. Charles PASINO et Mme Sophie LAMY, Mairie de Dinan.

150804_JRo_Dinan_invitation

13ème édition du Forum des Arts à St-Malo. 8 mai 2015

07/05/15

« La chouette de Fukushima » et « Ici, Maintenant, Ailleurs » sont présentées du 7 au 17 mai pour une exposition « OFF » à l’OT Saint-Malo dans le cadre de la 13ème édition du Forum des Arts.

Installation de l’exposition avec Rozenn THÉZÉ, chargée de Développement & Partenariats à l’OT Saint-Malo.

http://www.saint-malo-tourisme.com/detail/c57a6b3ac1763e88f0c0bcd78b9142e7/699598

Photos : ©JRo.

Il n’est rien d’autres que des nanoparticules. 1 mars 2015

01/03/15

Des tubulures tronquées en guise de bout de continent,
Des papiers millimétrés (parfois logarithmiques) pour lignes de crêtes, trame de tissu crocheté ou emmêlé, mur, espace entrouvert ou toile d’araignée,
Carreaux de pages d’écolier détournés, brisés par la gravité…
Millimètres pixélisés,
Sphères compartimentées de vides,
Par-dessus un crâne anarchiste, des dés polyédriques sont jetés…

Nos repères d’échelles sont changés et les combinaisons se multiplient.
Devant nos yeux, il n’est rien d’autres que des nanoparticules.

D’après « L’élément du vide » de Vincent MAUGER, in École des Beaux-arts Émile DAUBÉ, St-Brieuc, France.
Du 17 janvier au 22 mars,
du mercredi au dimanche de 15h à 18h.

https://fr-fr.facebook.com/ecoledesbeauxarts.saintbrieuc/posts/335690769959446

Exposition à la Gambille du 1er au 28 février 1 février 2015

Du 1er au 28 février.

 

http://www.cridelormeau.com/manifestation-jerome-ragot-jro-68138.html

 

5 gravures encadrées. 22 janvier 2015

22/01/15

Gravures encadrées :
– Chronos orange (tirage N°1/2),
– Vinyle 3,
– Vinyle 4 orange (tirage N°2/3),
– Vinyle 4 orange (tirage N°3/3 et 4/3),
– Vinyle en opus spicatum (tirage N°2/2).

 

Au petit cheval blanc (cher à Paul FORT). 30 octobre 2014

d’après les lundis de Carmélie #35 : « Les laboratoires artistiques ».
06/10/14

La culture a misé sur le bon cheval et accepte d’autant mieux les obstacles que c’est elle qui en a composé le parcours.
Bien sûr, comme elle refusera que son poulain abandonne ou échoue à la course, elle fera tout pour qu’il gagne : sélection, concours, haras…et le portera aux nues avec force de jockeys et de bookmakers.
Ils l’ont avoué : ce qu’ils cherchent, ce sont des nouveaux maîtres, c’est faire émerger – d’un soi-disant « collectif » – un étalon domestiqué, reproductible, garant d’un système, d’un label, d’un vocabulaire, d’un protocole… À idéaliser la science, ils en oublient leur conscience et n’ont plus qu’à demi-mots à la bouche : concurrence, productivisme, investissement… Pour filer la métaphore (m)é(s)quine, je crois que l’idée « généreuse » de laboratoire ne cache en vérité qu’un abattoir d’idées. Ils cherchent et préparent des modèles artistiques standards, efficaces, optimisés, disons-le sans détour « rentables »… vantés par des slogans lobotomisés, des références frelatées, des langages double, multiples et tranchants.
La culture est entrée dans un processus industriel : malheureusement, elle ne servira bientôt plus que de la pensée préparée ou sous vide (de type télévisuelle ou publicisée).
La culture est désormais intégralement politique et l’excellence, dont ses élites se gargarisent (comme des oies), n’est là que pour reproduire un modèle, dit « méritoire », pourri. La culture n’est désormais plus là que pour financer la dépendance d’une pensée artistique précipitée.

Je souhaite bonne chance au poulain et précise que je ne mange ni viande de cheval, ni même de vache enragée.

Le spectacle vivant n’est pas une théorie économique : je réaffirme, comme pour ma poésie, sa non-domestication, sa libre pensée, ses chemins de traverse, son métissage, son humanité, sa logique floue, ses balbutiements, ses erreurs, ses faiblesses, sa force…

Chapeau et serrure. 25 septembre 2014

27/07/14

©JRo, « Chapeau et serrure », photo d’après « Picasso, Château de Vauvenargues » (David Douglas Duncan, 1959, kakémono de l’exposition temporaire « Picasso, l’éternel féminin ») in Musée des beaux-arts de Quimper.

Féminin pluriel 19 septembre 2014

27/07/14

Maillée de corsages rayés ou parés de fleurs.
Des pupilles pleines et entières comme des seins,
Françoise, dans l’ombre pleurée, est un arlequin halluciné.

Mains croisée sur les genoux aux frontières de Malaga.
Des regards surmontés de nuages noirs,
Œil mi-clos et joues éclairées.
Jacqueline est brillante de traits gribouillés.

D’après « Picasso, l’éternel féminin », exposition temporaire du 23 mai au 1er septembre 2014.
Musée des beaux-arts de Quimper
www.mbaq.fr