Au commencement, le noir.

15/05/15

Au commencement, étaient deux couleurs noirs :
L’une « carcérale » où l’isolement, comme ultime limite d’une solitude, est atteint ;
L’autre éveillée, celle d’un noir collectif ou d’une obscurité étoilée.
Dans l’entrebâillement de ces extrêmes du même, gît un foisonnement à l’égal de toute autre couleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *